Mohau Modisakeng – 2021

PASSAGE

Since 19 / 05 to 08 / 08

« Passage » appelle à méditer sur la façon dont l’esclavage a démembré l’identité africaine, écrasant durablement les individualités et leurs histoires.

Ici, les occupants de frêles embarcations sont confrontés aux eaux qui peu à peu submergent leurs bateaux, pour finalement disparaître.

Le flux et le reflux de l’eau, à la fois porteuse de vie et de mort, symbolise les multitudes, arrivées ou parties d’Afrique du Sud par la traite occidentale, telles des cargaisons, des corps transitoires sans origine ni devenir.

En Afrique du Sud, la servitude et l’esclavage ont été institués par la colonie du Cap en 1652 pour répondre à la demande croissante de main-d’œuvre. Les Néerlandais et les Britanniques se disputèrent par la suite l’Afrique du Sud, réduisant ses peuples autochtones à l’état de simples marchandises, ballottés entre industrie minière et manufacturière, instrumentalisés comme soldats dans les guerres des Boers et les guerres mondiales.

En langue Setswana1, l’expérience de la vie se définie comme un « passage ». Le mot Setswana pour désigner la vie, « botshelo », signifie « traverser ». A ce titre, tous les êtres humains sont appelés « bafeti », soit des  « voyageurs », mot qui souligne le caractère transitoire de l’expérience de la vie.

Ainsi, comme tout voyage, La vie a un début et une fin.

 

1 Le Setswana est une langue parlée majoritairement dans la province sud-africaine du Nord-Ouest.


Mohau Modisakeng est représenté par la galerie Whatiftheworld, Cape Town.


Crédits photos :

Passage, Mohau Modisakeng, video still, 2017 – Courtesy de l’artiste et de Whatifhteworld 

Du mardi au dimanche : 14h – 19h (sauf jours fériés)
Tout public

Old Church of St. Vincent

Rue de la Vieille Eglise
33705 Mérignac

itinerary »
Learn more