Collectif « Cyclop. »

Là où le regard porte

Du 18 / 10 au 30 / 11

Cette année, les grilles du Jardin Public de Bordeaux se parent des photographies du collectif Cyclop. pour une exposition à trois objectifs, en résonance avec le fil rouge du festival, la communauté.

À la saison des pluies

Paul Gouëzigoux
Rwanda, petit bout d’Afrique des grands lacs où à chaque mois d’avril arrive la saison des pleurs. De Kigali à Mugombwa, le chant du tisserin ne peut stopper toutes ces gouttes qui, sans répit, viennent ruisseler jusqu’en bas des collines. La terre d’un rouge inconsolable absorbe les larmes d’Imana* depuis 1994. Resté seul pendant trois mois le voilà aujourd’hui ressuscité. D’entre les gouttes, il se relève, les bananeraies et les champs de thé reverdissent. Rwanda, petit bout d’Afrique perché en altitude, à la saison des pluies le ciel s’assombrit, et les nuages s’accrochent au bout des parapluies. La folie s’est arrêtée et aujourd’hui les sources du Nil traversent calmement ce petit pays. Enclavé au milieu des grands de ce monde, la pluie lui a redonné vie.

*Imana: nom donné à Dieu au Rwanda.

 

Bedford

Alice Lévêque
La lumière si douce, ce ciel si bas, l’humidité ambiante et toutes ces maisons en pierres glacées qui se défendent du froid à coup de cheminées. Bedford porte en elle une émotion palpable immédiatement. Pendant trois jours, Alice Levêque a sillonné la ville, l’a décortiquée, découverte, sans s’arrêter une seconde. C’est de ce court séjour qu’elle tire cette série, en captant instinctivement ce que cette ville a à offrir pour en dresser un portrait sincère, par l’accumulation de petits détails, de jour comme de nuit ; paysages, images d’architecture, portraits et autres natures mortes…

Au fur et à mesure des kilomètres parcourus appareil à l’épaule, elle commence à toucher du bout de sa lentille le portrait de cette ville si singulière.

 

The Zaïd garden

Alexandre Chamelat
Cette série est née d’un voyage au Maroc à l’automne 2015, nourri d’un désir d’apprendre sur la terre, l’agriculture, plus généralement la nature. Alexandre Chamelat s’est beaucoup déplacé durant son séjour : de Tagounite, aux portes du Sahara, à Agafay dans la banlieue de Marrakech, de Essaouira à Sidi Ifni et de Marrakech à M’Hamid. Vivre là-bas c’est apprendre une chose essentielle : prendre le temps. Prendre le temps d’écouter, de parler, de lire, de regarder, de sentir, de ressentir, de vivre. A travers cette philosophie de vie, il aborde et capture les moments simples et essentiels de la vie.

Les photographies s’attardent sur des moments quotidiens, un éclat de lumière, un mouvement, un point de couleur, une courbe, une diagonale, et la grande attention portée à la forme de celles-ci en font de véritables tableaux chatoyants.

Plus d’informations ?

Découvrez la présentation du collectif Cyclop.

Contactez-nous 

Crédit photo: Alexandre Chamelat – Mirleft, Novembre 2015

Là où le regard porte

Photos/Vidéos

Jardin Public Bordeaux (Grilles)

Cours de Verdun
33000 Bordeaux

itinéraire »
En savoir plus