Rencontre avec Anna Malagrida

06 / 10

Rencontrez les artistes invités du festival photo directement sur les les lieux d’exposition

Rencontre avec Anna Malagrida, Photographe invitée du festival photo

Anna Malagrida vous attendra le Vendredi 6 octobre 2017 à partir de 11H30 à la Vielle Eglise de Mérignac.

Venez à la rencontre de cette artiste espagnole ayangt observé, des jours durant, la vie d’un PMU au cœur de Paris !

Découvrez son travail, posez lui des questions sur ses motivations, sa vision et sur sa série intitulée  « Cristal House ».

Un moment d’échange convivial à ne manquer sous aucun pretexte !

A propos d’ Anna Malagrida

Diplômée de l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles en 1996 et de l’Université autonome de Barcelone en Sciences de la communication en 1993, Anna Malagrida est une photographe et vidéaste qui travaille autour de la dialectique du cadre, du dialogue entre intérieur et extérieur et de la réflexion des espaces.

L’œuvre que nous présente Anna Malagrida, fruit de la Carte Blanche PMU 2016, a été exposée au Centre Pompidou et a fait l’objet d’une publication aux Éditions Filigranes. L’objectif de la Carte Blanche PMU est de soutenir la photographie contemporaine et ses talents émergents et de donner de l’entreprise une image nouvelle et inattendue. Le lauréat a donc «carte blanche» pendant 4 mois afin de concevoir les images de cet autre PMU.

Ainsi, cette série intitulée Cristal House, qui signifie littéralement la

maison de verre mais qui est également le nom d’un cheval de course, est une tentative d’épuisement d’un lieu identifiable : le PMU.
Anna Malagrida perçoit de l’extraordinaire dans l’ordinaire, choisit dans l’insignifiant pour nous dévoiler ce que nous ne voyons pas.

Anna Malagrida est représentée par la galerie RX.

Des mains se détachent dans la pénombre devant le vacarme et l’anonymat de la grande ville. Elles expriment de l’anxiété, de la joie ou de la peur, elles évoquent la rencontre avec l’autre et l’arrêt sur son histoire. Anna Malagrida nous dévoile des photos intimes et proches de son sujet, les joueurs du PMU dont les mains tenant le précieux ticket (que la photographe a effacé) sont photographiées en plan rapproché.

« J’ai ainsi obtenu des mouvements plus abstraits, qui évoquent ceux de magiciens. J’ai voulu parler des désirs, des espoirs, des rêves en attente.»

Pour cette série sur l’univers du jeu, la photographe a imaginé un projet basé sur l’idée du «théâtre du jeu» : «Je me suis longtemps intéressée aux vitrines et à leur signification symbolique dans le contexte de transformation de la ville. Ces espaces intermédiaires qui lient et séparent l’intérieur et l’extérieur, aperçus depuis la rue. Je voudrais rendre visible ce rapport entre deux mondes qui peuvent cohabiter dans un même plan : celui du jeu dans le décor urbain.»

Anna Malagrida a observé et a passé beaucoup de temps au milieu de ces personnages anonymes. Elle nous parle d’une métropole où les destins se croisent mais ne se parlent que rarement, d’une métropole qui repousse et déçoit. Anna Malagrida s’arrête sur cette contradiction. La photographe ouvre une fenêtre sur un espace qui fait se confronter l’urbain et l’humain et nous propose une lecture sensible d’une forme de lien social qui se noue derrière les vitrines.

Rencontre avec Anna Malagrida

artiste

Vieille Eglise

Rue de la Vieille Eglise
33700 Mérignac

itinéraire »
En savoir plus