Vincent Chevillon – 2021

Initialement formé aux Sciences de la Terre, Vincent Chevillon convoque dans ses œuvres différents champs d’études naviguant de l’anthropologie, la géophysique à l’iconologie.

Depuis 2010, il poursuit des recherches plastiques et théoriques sur les imaginaires rapportés et construits par le colonialisme. L’étude approfondie de l’ouvrage Moby dick d’Herman Melville a inspiré le nom d’un vaste projet: The Spermwhaler’s dream (Rêve de pêcheur de Cachalot).

Ces travaux se développent en dispositifs généralement évolutifs à partir d’éléments récoltés ou façonnés, des images, des récits qui se formalisent sous forme d’installations, d’éditions, d’œuvres numériques, d’objets. Les objets, les images, les récits y opèrent comme témoins, comme émissaires, intermédiaires entre des mondes, entre des sources et des projections. Généralement ses recherches s’élaborent par des dispositifs d’enquêtes qu’ils associent à une pratique volontaire de la dérive.

En 2013-2014, il entreprend un périple à bord d’un voilier au travers d’une itinérance de 7 mois en mer de part et d’autres de l’océan Atlantique.

Il enseigne depuis 2014 à La Haute Ecole des Arts du Rhin (HEAR) à Strasbourg.